Ce jeudi, à 18 h, le premier ministre Jean Castex donne une conférence de presse. Mais, quelle peuvent bien être ces annonces ?

Le reconfinement devrait prendre fin le 1er décembre. Mais nombreuses sont les questions que se posent les Français ce jeudi.

Un renforcement des contrôles pour faire mieux respecter le confinement

Tenir bon jusqu’au bout. Tel sera le message de l’exécutif ce soir aux Français. Particulièrement à ceux qui ne respecteraient pas totalement le confinement. Aucun assouplissement des mesures sanitaires ne devrait ainsi être annoncé ce soir. En début de semaine, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, réclamait, dans une lettre adressée aux préfets, un renforcement des contrôles par les forces de l’ordre.

La fermeture des collèges et lycées serait finalement écartée

Le durcissement du protocole sanitaire dans les établissements scolaires fait partie de la «palette» de l’exécutif pour ajuster le confinement. En début de semaine, le premier ministre hésitait ainsi à annoncer de nouvelles contraintes. Mais alors qu’un mouvement de grève réclamant une limitation du brassage des élèves à l’école et au collège a quelque peu perturbé la journée de mardi, plusieurs sujets sont sur la table du Conseil de défense. Celui-ci prévoit notamment la possibilité de cours en distanciel ou par demi-groupes. Autre piste révélée par plusieurs médias, la fermeture pure et simple des lycées, peut-être jusqu’aux vacances de Noël, en raison de la difficulté d’appliquer les règles de distanciation physique. La mesure, calquée sur la situation actuelle des universités françaises et qui prévoirait 100 % des cours à distance, a déjà été adoptée dans une dizaine de pays européens. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, y est, lui, fermement opposé.

Les commerces non essentiels devraient rester fermés

Cela fait deux semaines que les commerces ne vendant pas de produits jugés essentiels pour la poursuite de l’activité économique, nécessaires pour le transport, le télétravail ou encore l’alimentation des Français, sont contraints à la fermeture.